Les Pimousses signeurs


  • Accueil
  • > Pourquoi la Langue des Signes pour nos bébés?

Pourquoi la Langue des Signes pour nos bébés?

les langues des signes sont déjà utilisées par les enfants entendants.

Ø  Comme les langues orales, la LSF est différente dans chaque pays. Par contre elles ont des bases communes.

Ø  Depuis de nombreuses années aux états unis l’ASL (langue des signes américaine) est utilisée par les entendants, chez eux c’est très développé. Du fait, ils l’utilisent dans les administrations –pour intégration des personnes handicapées- les crèches et écoles-pour l’éveil  puis l’apprentissage des enfants (sourds et entendants)-, mais aussi chez les enfants à pathologies (très bons résultats pour les enfants autistes et certains retards neurologiques)– pour pallier aux défaillances communicationnelles.

 En effet, les langues des signes (qui sont des langages visuels) sont différentes des langages oraux, elles ne demandent pas la mobilisation de toutes les mêmes aires du cerveau (lorsque l’air du langage, chez ces enfants à pathologie est touchée, ils peuvent utiliser d’autres connections pour signer), ni des organes phonatoires (immatures chez les bébés), même si elles empreintes un schéma semblable au niveau communicationnel (apprentissage des concepts, de l’abstrait, de l’interaction etc).

Ø  Aux états Unis, en Angleterre et au canada l’utilisation de signes est très développé dans les crèches. Cela se développe en France et devient très à la mode actuellement pour les bébés (En témoigne l’augmentation d’articles dans les magazines et à la télé).

 

Ø  En France, la LSF devrait, par ailleurs, entrer au programme des écoles (http://www.famili.fr/,la-langue-des-signes-bientot-enseignee-dans-les-ecoles-elementaires,362,20935.asp), autant dans une vision de reconnaissance de la LSF que comme langue à part entière que comme activité éducative.

Ces évolutions font suite à la reconnaissance par le gouvernement français de la langue des signes comme langue à part entière en 2005

 

Les bienfaits  et  les inconvénients de la LSF

Ø  Pendant longtemps on a pensé que la LSF retardait l’apprentissage du langage oral. Sur ce postulat, la LSF à été interdite pendant 100ans en France (jusqu’en 1980 !) : les enfants sourds étaient placés en intégration avec interdiction formelle d’utiliser la LSF ou même le mime, et le recours à ces pratiques étaient largement décriés auprès des parents.

Il s’en ai suivis une hécatombe au niveau de l’éducation (les enfants sourds ne comprenaient ainsi que très tardivement ( et de façon toujours limité, du fait du handicap) comment communiquer oralement. Ils  ne pouvaient qu’attendre que  les séances d’orthophonie portent leur fruit  avant de  pouvoir élaborer leur pensée, de comprendre les concepts etc… Des retards dont beaucoup ne se remettront pas (c’est très triste parce que c’est évitable !), même sur le plan neurologique. L’ont place ainsi l’enfant en situation d’échec mais aussi et surtout de souffrance psychologique (incapacité à communiquer) et non naturelle (l’on tronque ce qu’il aurait naturellement développé, c’est-à-dire : un langage).

Ø  Depuis de nombreuses études ont étés faites au niveau de la recherche.

Ces recherches ont montré l’importance d’induire chez tout enfant un mode de communication le plus tôt possible, et ce, quel qu’il soit.

Ø  Il est facile d’étendre cela aux enfants entendants et de deviner alors les bénéfices que ces derniers peuvent en tirer… à savoir :

 

·         développement neurologique performant  et apprentissage:

C’est ce qui fut alors pensé et, pour en revenir aux bébés signeurs, depuis aussi, des études ont été faites. Elles ne montrent aucun retard de langage oral, au contraire, et même des résultats aux tests de QI supérieurs par rapport aux enfants qui n’ont pas bénéficié de cet apprentissage, surtout s’il est précoce.  (source : voir la page « les bébés signeurs: où en est la recherche? »)

Cette état de fait étant posé, l’on peut se demander s’il n’est  pas néfaste d’apprendre à nos enfants dans ce but là : ils sont largement assez tiraillé dans notre société vouée à la performance !

C’est là le risque des signes enseignés au bébé : que cela soit perçue comme une « matière scolaire » (comme on apprends laborieusement l’anglais à l’école française, par ex), dans un soucis de performance (à oublier totalement avec un bébé) et en comparaison avec les résultats des autres enfants –d’ailleurs ils sont très différents, pour des raisons qui leur sont propres !- certains seront beaucoup plus a l’aise que d’autres avec les signes indépendamment des efforts des parents et il serait risqué d’en tirer des conclusions quant à leurs capacités intellectuelles.

La LSF enseignée aux bébés n’est pas une langue: il s’agit de s’attacher  à des signes de la vie courante et de les offrir à bébé comme outils pour communiquer, suivant ses besoins. En les prononçant en même temps que les signes bébé apprends également à utiliser sa voix et  à faire le lien entre le mot et son concept. Il ne lui restera plus qu’à exercer ses organes phonatoires au fur et à mesure de ses capacités. Cet apprentissage n’est pas celui de la langue des signes qui est complexe cependant les signes que nous empruntons sont issus de cette langue. Cette prise de conscience me semble bénéfique car elle est valorisante.

Il est important de noter que certains enfants peuvent parler plus tard que d’autres, indépendamment de la langue des signes, certains savent parler mais ne le font pas car ils sont conscients de leur imperfection : la LSF peut les aider aussi à communiquer en attendant qu’ils se « lancent ».

Bien entendu, un enfant et ses parents communiquent même sans la LSF, bien  avant le langage oral. Bien sûre ; mais c’est quand un enfant comprends ce qu’est la communication, c’est-à-dire qu’un mot est signifiant et qu’en le faisant il obtient telle action de l’autre,  qu’il va aimer parler.

Il faut plusieurs mois à un tout jeune bébé pour reproduire les signes (pour les comprendre ça  va  plus vite), et quand il comprend tout l’enjeux communicationnel c’est là  qu’il veut apprendre et devient même demandeur

La langue gestuelle aide également au développement moteur de l’enfant, elle renforce sa coordination et lui permet de prendre conscience des ses membres en habitant son corps.

 

·    diminution de la frustration, renforcement du lien affectif parents/enfants

Voici  l’aspect que,  personnellement, je priviligierais  largement dans mes atelier. Dans ces activités, la course aux résultats ne doit pas être le but poursuivis : il s’agit tout de même de bébés !

De la même façon que l’on emmène son enfant aux activités motrices ou au bébé nageur, j’ai pour projet que l’on puisse « jouer à parler » avec lui.

Il ne s’agit pas de s’obliger à des contraintes et de passer sa vie à parler en langue des signes à son enfant si l’on en a pas l’envie !

En observant les gestes et les visages attentifs de ses parents, l’enfant en ressentira le plaisir que l’on peut imaginer. C’est prendre le temps de faire.

Un enfant peut très bien reconnaitre les signes que vous utilisez avec lui, au rythme que vous adoptez.

 

Au fur et à mesure que bébé grandit il prend conscience de son besoin de communiquer.

Il n’en a pas encore la possibilité, il s’exerce, fait des vocalises. Il peut en ressentir, surtout lorsque le langage tarde à venir, certaines frustrations .

Il est naturel pour l’enfant de devoir attendre pour parler, c’est dans l’ordre des choses, mais pas forcément de devoir attendre pour communiquer : cela dépends des moyens que nous mettons à sa disposition.

Les bébés  signeurs  sont souvent décrit comme plus calmes (moins de recours aux cris),  cela renforce le lien parent/enfant (toujours le cas quand on pratique une activité basée sur la communication = on apprend à se connaitre et à se parler)

Cette activité à donc, si elle est bien menée, un effet destressant :Cela  doit permettre aux parents et à l’enfant de partager une heure ensembles et de se détendre en échangeant.

En aucun cas de sortir de là stressés (parce que Bébinou n’arrive à rien, où bien « nous n’avons pas assez « travaillé » à la maison : ça n’est pas grave ! cela mettra un peu plus de temps, voilà tout!  

Le but est de rapprocher parents et enfants, par des interactions qui sont des jeux .

C’est comme un temps où on pourrait dire à son bébé « je te regarde qu’est ce que tu veux me dire ?»

J’ajouterais personnellement  d’autres avantages :

·         Une ouverture sur le monde du handicap :

Celui non négligeable de donner à notre enfant un outil qu’il percevra comme naturel. Il ira alors –s’il le veut- plus naturellement vers un enfant sourd, et même vers un autre handicap, qu’il ne percevra pas comme si différent de lui, il aura moins peur de la notion de handicap qu’il aura appréhendé différemment. Alors bien entendu, il ne s’agit pas d’obliger nos enfants en modèle de citoyen généreux et ouvert à l’autre, mais, après tout, c’est aussi cela l’éducation : et c’est peut -être bien plus important que d’apprendre à marcher, parler ou lire plus vite, ou même à être « poli »

·         Un mode de communication basée sur l’expression corporelle:

Comme nous faisons du théâtre avec son enfant, nous pouvons nous  lancer en LSF.

En effet, notre langue oral à pour propriété de nous brider à ce niveau là : nous sommes très peu expressifs (les allemands encore moins que les espagnols, par exemple, question d’éducation)

Mais il suffit de regarder un enfant sourd : même sans signer il saura se faire comprendre rien que par les traits son visage : c’est un mode de communication naturel (qui permet aussi de se faire comprendre de toutes les populations sourdes et entendantes) mais dont  nous n’apprenons pas à nous servir. Je trouve que cela à un effet libérateur de le pratiquer, de même que le théâtre.

Les parents seront très peu expressif mais l’enfant lui, le sera naturellement, parce qu’il a encore l’habitude d’exprimer un sentiment,  en couplant son expression au signe…

Des exemples et dans la pratique

Les exemples d’enfants signeurs se trouvent facilement sur  you tube. Les enfants sont plus ou moins « doués », l’on est libre d’associer cela à différents facteurs (comme l’engagement des parents, la précocité des enfants ou bien la forme d’apprentissage : répétition « par cœur » ou bien établissement du rapport entre le mot et sa signification.)

Il faut savoir que :

-          Bébé mettra parfois du temps à apprendre les signes. Certains les reproduiront immédiatement, d’autres mettront plusieurs mois  à comprendre. S’il faut pouvoir mesurer un bébé entendant fait son premier signe vers 10 mois.

-          Bébé  signera mal (il fera juste un geste qui ne veut rien dire, plus amples et moins contrôlé que les nôtres,  mais ce qui est important c’est que pour lui ça a du sens : il faut essayer de deviner ce que bébé veut dire et si on comprend lui montrer le signe correct)

-          Bébé fera parfois le même signe pour tous les mots au début

-          Certains signes seront les mêmes (par exemple « lait » et « encore ») pendant longtemps= la aussi se servir du contexte.

-          Il faudra répéter le signe régulièrement

-          Quand il aura compris que les signes sont vecteurs de communication, il les apprendra d’un coup.


Laisser un commentaire


La Boite qui Mijote |
NON A LA MONARCHIE AU SENEG... |
Alain Daumer |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mad'moiselleX
| Dieu l'Homme l'Univers
| ayarimanel